Qui est Bergeret ?

                        

                                                       Retour Accueil
 

 

Albert Bergeret, né le 8 décembre 1859 à Gray
son père, libraire, possédait un petit équipement d'imprimerie typographique
dans lequel, enfant, il s'est exercé

 Il s'engage dans l'armée pour cinq ans, de 1879 à 1884 période au cours de laquelle il a l'occasion de se former au nouveau procédé d'impression en phototypie.
 Libéré de ses obligations militaires il entre  dans une maison d’arts graphiques parisienne, d’abord apprenti il devient contremaître 
il prend part à la fondation du syndicat de Phototypie en juin1886.

Ses responsabilités parisiennes lui ouvrent les portes de l'imprimeur Royer, à Nancy, pour créer et diriger un atelier de phototypie

En 1896, Albert Bergeret prend le risque d'éditer, à son nom, aux imprimeries Royer deux albums : « Nancy, Monumental et Pittoresque » et « Metz, Monumental et Pittoresque » chacun avec 100 planches.
Ils sont vendus directement chez l'auteur M. A. Bergeret, 63 rue des Jardiniers, Nancy

En 1892, lors d'une excursion en Allemagne  Albert Bergeret découvre le développement de la carte postale illustrée

En 1898 il est persuadé que le moment est  favorable pour lancer la carte postale en France mais comme les Etablissements Royer ne souhaitent pas le suivre  il s'installe à son compte et se lance dans la  production des cartes vues de ville
 " Phototypie A. Bergeret et Cie - Nancy "
 
 Succès immédiat
 

 
 
 

Il se présente de suite comme un   Maître Imprimeur de la Carte Postale
ce qu'il est d'ailleurs,  personne ne lui contestera ce titre
et il sait  faire sa publicité

 
 

 
 
Présentation de la série des 150 cartes militaires

 

 
 

Ce brave Louis Coulon, né à Vandenesse (Nièvre), le 26 février 1826, Mouleur à Montluçon (Allier) 
Longueur de la barbe : 3m. 30 cm
se voit ici immortalisé grâce à son photographe (cliché Bonnet) et à A. Bergeret et Cie
 


 

 

 
 
 
 

 
 
Bergeret suit l'actualité de près
 Il est le seul à imprimer à la fin de 1899 ou début 1900  une série de 25 cartes numérotées
avec les clichés de A. Machuron sur l'expédition Andrée de 1897qui s'est mal terminée
ainsi qu'une série de 10 cartes sur le procès de Rennes, en 1899, dans l'affaire Dreyfus
(voir Evènements historiques)
 

Autre manière de se faire connaître
des cartes  " spécimen "  sont adressées aux éditeurs ayant passé la commande
afin qu'ils puissent vérifier la qualité du rendu


 

Ici, comment savoir que cette carte est une Bergeret à part le fait qu'il s'agit d'un spécimen
envoyé à  l'éditeur afin qu'il juge du rendu, avant confirmation de la commande pour l'imprimeur
D'innombrables cartes sorties de l'imprimerie nancéienne ne sont pas identifiées
 

 


De très beaux catalogues de vente sont mis en circulation
 

 

Tout est mis en oeuvre pour faire connaître la carte postale et pour SE faire connaître
et cela marche,
les commandes affluent
 Bergeret n'est plus éditeur, il n'a plus le temps et sa réputation est assurée
il devient imprimeur,  et quel imprimeur !

 

 

Son nom  n'apparaît bientôt plus
Sa signature est le petit logo rond plus ou moins visible
et parfois absent, il peut être rouge ou noir

 

 

 

Si l'éditeur est d'accord
son nom et celui de Bergeret imprimeur apparaissent côte à côte
mais ce n'est pas toujours le cas
 

il s'agit ici d'une carte événementielle

 



Ayant démarré rue de la Pépinière, à Nancy, avec 12 ouvriers et après plusieurs agrandissements
 il s'installe en mars 1902, avec  100 ouvriers
 dans les bâtiments tout neufs de la rue Lionnois
 

couverture intérieure de la plaquette offerte aux visiteurs

maison Art nouveau, l'un des fleurons de l'Ecole de Nancy

superbe vitrail de Gruber


Deux ans plus tard, la maison est construite en 1903 - 1904 tout à côté des établissements
par le même architecte,  Weissemburger
Par le jardin d'hiver et le bureau d'Albert Bergeret on accède directement
au hall d'exposition et à l'usine


Actuellement, la maison est le siège de l'Université de Nancy 1
Elle a conservé son mobilier Ecole de Nancy dû à Eugène Vallin
et ses superbes vitraux de  Jacques Gruber  et de  Janin

 

 

C'est fin 1901 qu'il commercialise sous son nom les cartes de fantaisie
La concurrence est rude
car devant le succès de la Carte Postale de nombreux imprimeurs se sont installés
dont beaucoup ne survivront pas longtemps.
Mais il lui faut se repositionner sur le marché
et les  "Fantaisie" seront  " sa "  publicité
à tel point qu'elles ont été longtemps les seules cartes reconnues comme étant des Bergeret
 

carte écrite par A. Bergeret

le 20 octobre 1903 lors d'un voyage à Paris

 



En mai 1905, il s'associe aux imprimeurs nancéiens  Humblot et Helmlinger  pour fonder
les Imprimeries Réunies de Nancy  ou  I.R.N.  dont il sera le président du conseil d'administration
jusqu'à sa mort survenue en 1932


Carte informant que les Imprimeries Réunies pourront honorer la commande de leur client à la fin de la semaine
août 1905 donc jute après la fusion des trois imprimeries



Les cartes,  commandes d'éditeurs, sortent toujours  très nombreuses des imprimeries
elles atteignent les 100 millions par an.

 

 

En même temps il continue à éditer sous son nom les cartes de fantaisie
qui deviennent alors les  " Edition Bergeret "
La production la plus importante se situe au cours de l'année 1905
Les dernières fantaisies, sous la marque I.R.N. vont disparaître
au cours de l'année 1908.
 

En effet, 1908 est une année importante pour Bergeret
qui s'active à obtenir, pour les Imprimeries Réunies
 l'exclusivité de la production des cartes postales prévues
pour la grande Exposition Internationale de l'Est de la France
laquelle doit se tenir à Nancy, au Parc Sainte Marie, en 1909
Il y a d'ailleurs son chalet
 

       



il ne pourra obtenir de médaille d'or puisqu'il est membre du jury


Vous découvrirez cette Exposition en visitant le site :

http://perso.wanadoo.fr/edragal/expo_nancy_1909/   

 


La production des cartes vues ou événementielles  continue

très belle série  " Exposition du Bureau Moderne en 1912 "
le  logo rouge des Imprimeries Réunies de Nancy est visible dans son petit rond rouge

 


mais la guerre, quand elle survient, y met un frein 
 la phototypie va être remplacée par l'héliogravure
pour laquelle les Imprimeries Réunies n'ont pas préparé leur reconversion
.
Les modes changent, tout comme les centres d'intérêt et la carte postale va connaître
 sa période de purgatoire... dont elle est maintenant bien sortie
Toutes ces petites merveilles, depuis 1980
retrouvent le rang qu'elles méritent non seulement auprès des collectionneurs
mais également auprès des chercheurs, des historiens

 

 

 

 Haut de page